À la claire fontaine

Ne doit pas être confondu avec le documentaire sur le football, À la Clairefontaine.

À la claire fontaine est une chanson française traditionnelle qui vient d'un poème anonyme écrit entre les XVe [1] et e siècles. Selon l'ethnomusicologue canadien Marius Barbeau (1883-1969), la chanson aurait été composée par un jongleur du XVe ou du XVIe siècle. James Huston (1820-1854), journaliste canadien, écrit que « l'air et les paroles paraissent avoir été composés par un des premiers voyageurs canadiens » [2].

Il s'agit d'une chanson en laisse composée d' hexasyllabes ou d’alexandrins assonancés en /e/. Très populaire en France, elle l'est aussi en Nouvelle-France / Québec depuis le XVIIIe siècle, où elle a été historiquement chantée par les coureurs des bois lors de longs voyages en canot et par les Patriotes lors des insurrections de 1837-38 contre l'hégémonie anglaise [3]. Cette chanson, premier hymne national de la Nouvelle-France, a connu plus de cinq cents versions.

Paroles selon les versions

Paroles originales supposées intitulées « En revenant des noces » [4]

En revenant des noces, j’étais bien fatiguée,
Au bord d’une fontaine, je me suis reposée
Et l’eau était si claire, que je m’y suis baignée ;
À la feuille du chêne, je me suis essuyée...

Sur la plus haute branche, le rossignol chantait :
Chante, rossignol, chante, toi qui a le cœur gai !
Le mien n’est pas de même, il est bien affligé !
C’est de mon ami Pierre, qui ne veut plus m’aimer,
Pour un bouton de rose, que je lui refusai.

Je voudrais que la rose fût encor au rosier,
Et que mon ami Pierre fût encor à m’aimer.

Paroles de la tradition française (en vers sénaires)

À la claire fontaine
M'en allant promener
J'ai trouvé l'eau si belle
Que je m'y suis baigné

Il y a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

Sous les feuilles d'un chêne
Je me suis fait sécher
Sur la plus haute branche
Un rossignol chantait

Il y a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

Chante, rossignol, chante
Toi qui as le cœur gai
Tu as le cœur à rire
Moi, je l'ai à pleurer

Il y a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

J'ai perdu mon amie
Sans l'avoir mérité
Pour un bouton de rose
Que je lui refusai...

Il y a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier
Et que ma douce amie
Fût encore à m'aimer

Il y a longtemps que je t'aime jamais je ne t'oublierai

Selon qu'on chante en parlant d'un homme ou d'une femme, on écrira « ami » ou « amie » (et dans le cas d'« ami », « mon ami Pierre » ou « mon doux ami » plutôt que « ma douce amie »). De même, selon que c'est une femme ou un homme qui chante, on écrira « je m'y suis baignée » ou « je m'y suis baigné ».

Paroles (sans laisse ni refrain - pour information)

À la claire fontaine m’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si belle que je m’y suis baigné.
Sous les feuilles d’un chêne, je me suis fait sécher.
Sur la plus haute branche, un rossignol chantait.
Chante, rossignol, chante, toi qui as le cœur gai.
Tu as le cœur à rire… moi je l’ai à pleurer.
J’ai perdu mon amie sans l’avoir mérité,
Pour un bouton de rose que je lui refusai…
Je voudrais que la rose fût encore au rosier,
Et moi et ma maîtresse dans les mêmes amitiés.

Paroles (avec laisse - version chantée)

À la claire fontaine
M’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si belle
Que je m’y suis baigné

Il y a longtemps que je t’aime,
Jamais je ne t’oublierai
   
Sous les feuilles d’un chêne,
Je me suis fait sécher.
Sur la plus haute branche,
Un rossignol chantait.

Il y a longtemps que je t’aime,
Jamais je ne t’oublierai

Chante, rossignol, chante,
Toi qui as le cœur gai.
Tu as le cœur à rire…
Moi je l’ai à pleurer.

Il y a longtemps que je t’aime,
Jamais je ne t’oublierai.

J'ai perdu mon amie
Sans l'avoir mérité.
Pour un bouquet de roses
Que je lui refusai…

Il y a longtemps que je t’aime,
Jamais je ne t’oublierai.

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier,
Et que ma douce amie
Fût encore à m'aimer.

Il y a longtemps que je t’aime,
Jamais je ne t’oublierai.

Musique



<<
  <<
    \new Staff {
      \relative c'' {
        \key f \major
        \time 2/4
        \tempo "Ballade"
        \autoBeamOff
        f,4 f8 a
        a g a g
        f4 f8 a
        a g a4
        a a8 g
        f a c a
        c4 c8 a
        f a g4
        f f8 a
        a g16 f a8 f
        a4 a8 g16 f
        a8 g f4
        \bar "|."
    } }
    \addlyrics {
      \lyricmode {
        À la clai -- re fon -- tai -- ne
        M’en al -- lant pro -- me -- ner,
        J’ai trou -- vé l’eau si bel -- le
        Que je m’y suis bai -- gnée.

        Il y_a long -- temps que je t’ai -- me,
        Ja -- mais je ne t’ou -- blie -- rai!
    } }
  >>
  \new PianoStaff <<
    \new Staff = "right" \with {
      midiInstrument = "acoustic grand"
    } \relative c'' {
      \key f \major
      \time 2/4
      c,4\p d
      d e
      c d
      e f
      c cis
      d e
      f f8 d
      d f e4
      c c
      f f
      c f8 e16 d
      d8 e f4
    }
    \new Staff = "left" \with {
      midiInstrument = "acoustic grand"
    } {
      \clef bass \relative c' {
        \key f \major
        \time 2/4
        <f, a>4\p <d a'>
        <bes a'> <c g>
        <a a'> <bes d'>
        <c c'> <f c'>
        <f a> <e g>
        <d a'> <a a'>
        <a f'> <d f>
        <b g'> <c g'>
        <f a> <e a>
        <ees c'> <d f>
        <c f> b
        <c bes'> <f a>
    } }
  >>
>>
\midi {
  \context {
    \Score
    tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 60 4)
  }
}